One, Two, Three

C’est le thème du Discover challenge WordPress cette semaine : One, two,three. Faire des listes par groupe de trois, sur le support de son choix.

J’ai cherché dans mes archives photos et je me suis aperçue que j’avais beaucoup pris en photo ce que je mangeais ou buvais cet été à Londres. Des repas ou boissons qui changeaient de mes habitudes, moi qui n’imaginerais pas manger des pommes de terre sautées et des champignons au réveil, par exemple.

Et puis j’ai découvert les fleurs de thé. J’en avais déjà entendu parler mais n’avais jamais eu l’occasion de les voir en vrai, de les observer se déployer dans le verre et de sentir le parfum qui se dégage petit à petit.

Ce sont les surprises des voyages. On découvre de nouvelles choses, on a l’esprit plus disponible, alors on essaye, on goûte des plats inhabituels. C’est ainsi que j’ai mangé des sushis pour la première fois à Stockholm, alors que je n’étais habituellement pas tentée par ce plat. Je me rappelle que je ne les avais pas vraiment appréciés mais je n’ai pas voulu rester sur cette impression. Alors, lorsqu’on m’a invitée dans un restaurant japonais quelques années plus tard, j’ai accepté et mieux apprécié la finesse des sushis, sashimis et autres spécialités japonaises. Cet été, j’ai mangé des huîtres chaudes gratinées, c’était très bon. Et pourtant, je n’aime pas les huîtres et autres coquillages crus. Mais la cuisson change complètement le goût, je n’ai pas retrouvé cette saveur iodée que je n’aime pas. A Londres, chez Harrods, j’ai aussi découvert les infusions à la fleur de sureau que j’ai ramené pour une amie à sa demande. Une boisson très douce pour une après-midi froide et ensoleillée comme aujourd’hui, par exemple.

NaBloPomo 2016

Pour la dernière fois cette année, j’ajoute le logo NaBloPoMo à mon billet. J’ai réussi mon challenge, publier tous les jours de novembre. La tâche m’a semblé plus laborieuse que l’an dernier, comme je m’y attendais. En 2015, j’avais continué quelques jours sur ma lancée. En serais-je capable cette année ?

Publié dans Divers, NaBloPoMo16 | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Rubik’s cube

C’est mon petit-fils qui a remis la main sur le Rubik’s cube et qui voudrait bien savoir comment le remettre en ordre.

Je me suis souvenue que j’avais eu dans mes tiroirs une photocopie d’un article de Science & Vie qui présentait de manière détaillée une méthode pour résoudre ce casse-tête avec un nombre assez réduit de manipulations. À l’époque de la parution de cet article, il y a une trentaine d’années au moins, j’avais réussi à mémoriser les manipulations à effectuer et j’arrivais donc de tête à résoudre ce cube assez facilement.

Comme je suis assez conservatrice, j’ai évidemment remis la main sur cette méthode et j’ai entrepris de m’y replonger. C’est une gymnastique de l’esprit qui n’est pas si aisée mais j’y suis arrivée déjà une ou deux fois. Pour l’instant, j’ai encore besoin de me référer aux instructions, je ne connais pas encore les combinaisons par cœur. Et j’ai même trouvé dans nos placards un autre cube, qui ne doit pas être un Rubik’s cube officiel car les couleurs ne sont pas les mêmes et il me semble un peu grippé.

Rubik's cube

Voilà donc une nouvelle occupation qui peut devenir très consommatrice de temps !

NaBloPomo 2016

 

Publié dans Divers, NaBloPoMo16 | Tagué , , | Laisser un commentaire

Virée à Lille

Virée est un bien grand mot pour cette journée qui m’a amenée à Lille pour affaires, dirons-nous. J’aurais bien aimé y rester plus longtemps mais ce sera pour une prochaine fois.

Plutôt que d’avancer l’heure du train de retour puisque le rendez-vous s’est fini plus tôt que prévu, j’ai profité de l’heure libérée pour aller marcher jusqu’à la place du théâtre et admirer au fil des rues les façades si typiques.

Autre découverte ce midi au restaurant où j’ai déjeuné rapidement, ce programme de l’atelier lyrique de Tourcoing.

sofiabonati

Sofia Bonati – Anaïs

L’illustration de la couverture est l’oeuvre de Sofia Bonati et on peut découvrir les étapes de ce dessin et d’autres encore de la série Butterfly girls sur un site qui lui est consacré.

Une journée fatigante, certes, mais c’est agréable de sortir de la routine et de s’échapper des chemins habituels !

NaBloPomo 2016

Publié dans Divers, NaBloPoMo16 | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

La fille de Brest

lafilledebrest

Séance cinéma samedi soir pour voir le nouveau film d’Emmanuelle Bercot, qui raconte le combat de la pneumologue Irène Frachon dans l’affaire du Médiator.

La danoise Sidse Babett Knudsen dans le rôle d’Irène Frachon, et Benoît Magimel dans celui de son collègue le Dr Le Bihan sont très crédibles, comme les autres acteurs connus ou moins connus dans ce film passionnant, qui retrace cette affaire sans temps mort.

Par moment, on a l’impression de regarder un documentaire, une enquête journalistique digne des meilleurs reportages d’investigation. Quel courage a eu cette femme, quelle détermination il lui a fallu pour mobiliser les équipes nécessaires à l’hôpital, les convaincre de l’urgence du problème et persévérer devant les pressions de l’AFSASS, du laboratoire concerné et de toute la profession. Elle a pris tous les risques dans cette affaire, mettant toujours en avant la santé de ses patients.

Je suis bien incapable d’avoir un avis sur les qualités cinématographiques de ce film tellement j’ai été prise dans cette histoire. Et puis, il y avait un autre intérêt pour moi dans ce film, c’était de découvrir comment Emmanuelle Bercot avait filmé la ville de Brest, ma ville natale. Et là aussi, j’ai aimé l’image qu’elle donne de la ville et de ses environs, dynamique, ouverte et moderne, loin de la cité grise et sans charme que l’on décrit parfois. Cerise sur le gâteau, plusieurs scènes se déroulent chez Dialogues, LA librairie qu’il faut découvrir à Brest, dont le dirigeant a eu sa place dans le combat d’Irène Frachon.

Un film fort sur une affaire qui n’est pas encore terminée, ainsi qu’il est précisé dans les dernières scènes et comme l’indique un article du Monde en date du 26 septembre 2016.

Ce combat, Irène Frachon le poursuit toujours avec la même ardeur, comme les spectateurs ont pu le constater, au son si déterminé et solennel de sa voix. « Le film, a-t-elle souligné, s’arrête en 2010. Six ans après, je suis toujours dans un vrai corps-à-corps. Face à des criminels à cols blancs qui continuent de s’acharner sur leurs propres victimes. Des cabinets d’avocats payés des fortunes tentent d’étouffer les procédures. Au sein du monde universitaire et médical, certains m’en veulent d’avoir ébranlé le système et soi-disant jeté l’opprobre sur le corps médical. » Pas la moindre idée, a-t-elle déploré, de la date du procès pénal. « Pendant ce temps, des victimes qui ne peuvent plus travailler, ni même monter leurs escaliers, et qui vivent avec 540 euros par mois, attendent d’être indemnisées… »

NaBloPomo 2016

 

Publié dans Cinéma, NaBloPoMo16 | Tagué , , | 3 commentaires

Faire le vide

J’ai souvent rencontré le nom de Marie Kondo au gré de mes balades sur le web et j’avais plus ou moins compris qu’il s’agissait d’organisation de son chez-soi, mais je n’avais jamais eu la curiosité d’aller voir plus loin.

Et puis, la semaine dernière, j’ai lu, je ne sais plus où, un billet avec un lien qui m’a emmenée vers des vidéos de la charmante Marie Kondo et j’en ai appris davantage sur le sujet.

Cette jeune femme japonaise a donc développé une méthode pour définitivement alléger nos intérieurs encombrés et améliorer le rangement de nos effets personnels dans nos placards. Elle intervient lors de conférences ou bien vient directement chez l’habitant pour l’aider à mettre la méthode en pratique. Ce que j’ai trouvé très réconfortant dans certaines des vidéos, c’est qu’il y a des intérieurs bien pires que chez moi ! Ça rassure et ça donne du courage pour s’atteler à la tâche !

C’est ce que j’ai fait avec mes vêtements, ces jours derniers. Et ça tombe bien, car le conseil de Marie Kondo est de procéder par catégorie, en commençant par les vêtements. J’ai rempli trois sacs-poubelle de vêtements et deux sacs de chaussures, que j’ai aussitôt emmenés dans un container de récupération. Avoir fait tout cela le même jour est un exploit à signaler !

Prochaine étape : les livres ! Et croyez-moi, de ce côté-là, il y a aussi du travail !

NaBloPomo 2016

Publié dans Divers, NaBloPoMo16 | Tagué , , , | 3 commentaires

Spaghettis à la carbonara

Dimanche dernier, en écoutant l’émission On va déguster sur France-Inter, qui était consacrée à la cuisine romaine, j’ai appris que la véritable recette de pâtes à la carbonara ne contenait pas de crème.

François-Régis Gaudry recevait Eleonora Galasso, journaliste et organisatrice d’évènements culinaires. Elle vient de publier un livre de recettes (À la romaine – La cuisine de la Dolce Vita aux éditions du Chêne) et en a livré quelques unes au cours de l’émission, dont celle des fameuses spaghettis à la Carbonara.

Comme j’étais curieuse du résultat, j’ai suivi les instructions que j’ai trouvé sur le site de l’émission. C’est très simple, rapide et ça marche. Nous nous sommes régalés, je n’ai même pas eu le temps de prendre une photo avant dégustation.

Spaghettis à la carbonara

Des spaghettis, de la pancetta, des oeufs, du pecorino rapé et du poivre

NaBloPomo 2016

Ma participation au Daily prompt WordPress : Sated.

Publié dans Cuisine, NaBloPoMo16 | Tagué , , , | 3 commentaires

Dheepan

Deuxième séance cinéma dans le cadre du festival du cinéma d’aujourd’hui à Rueil-Malmaison.

dheepan

J’ai vu Dheepan, le film de Jacques Audiard qui a été récompensé par la palme d’or à Cannes en 2015.

Un ancien soldat des Tigres Tamoul, une jeune femme et une fillette de neuf ans qui n’ont rien en commun, sauf d’être des réfugiés du Sri Lanka se font passer pour une famille afin d’obtenir des passeports. Ils se retrouvent en France où ils obtiennent l’asile politique. L’homme se voit proposer un poste de gardien dans une cité de banlieue, un endroit où règne une bande de dealers qui impose sa loi et ses règles.

C’est un film coup de poing, à plusieurs égards. Les trois personnages doivent se contraindre à adopter leur rôle au sein de cette famille qui n’en est pas une. Ils ont eu des parcours différents qui ne les préparaient pas à cela. Puis, il y a la difficulté de s’intégrer dans un nouveau pays, avec une langue qu’ils ne connaissent pas. La jeune femme voudrait aller en Grande-Bretagne pour rejoindre sa sœur. L’homme se satisfait de la France. Petit à petit, ils prennent leurs marques. La jeune femme est aide-ménagère auprès d’un homme handicapé. La fillette peut intégrer une classe « normale » au bout de quelques mois. Mais c’est bientôt une autre violence qui les rattrape, celle de la guerre des gangs dans la cité, qui réveille des terreurs et des réflexes encore présents.

Je suis encore sous le choc de ce film très efficace, mais assez caricatural. Il y a aussi des images que je n’ai pas comprises, comme l’apparition d’un éléphant à plusieurs reprises. C’est certainement un symbole mais lequel ? Et puis, je me demande ce qu’a voulu dire le cinéaste avec cette fin apaisée en Grande-Bretagne : est-ce le happy-end , qui contraste avec le reste du film, ou bien un rêve fantasmé des personnages ?

Un film à voir, néanmoins, ne serait-ce que pour comprendre le sort des réfugiés qui se pressent à nos portes.

NaBloPomo 2016

Publié dans Cinéma, NaBloPoMo16 | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Anticipation

Pour tout dire, l’anticipation n’est pas mon fort. Ou plutôt je ne réagis pas comme il le faudrait.

What's next ?

Parce que je réfléchis souvent à ce qui va arriver ou ce qui est susceptible de se produire. Mais je ne fais que ça, réfléchir ! Les évènements à venir sont plutôt source d’anxiété pour moi que de signal pour agir et commencer à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour que tout se passe bien. Alors, je me fais du mouron, je dors mal alors qu’il suffirait que :

  1. je prenne le temps de mettre sur le papier ce qui me trotte dans la tête,
  2. je considère ensuite chaque point pour décider de ce qu’il convient de faire et quand il faut le faire,
  3. je suive simplement de que j’ai décidé au point 2.

Pour être honnête, c’est surtout dans la vie courante que ce travers se manifeste. Dans mon univers professionnel, la crainte de me retrouver démunie face aux circonstances dépassait l’anxiété que je pouvais ressentir et je savais mieux me préparer à y faire face.

Dans la sphère privée, ça se gâte. J’ai du mal à appliquer le plan ci-dessus, je procrastine, je fais l’autruche. Et puis, quand les évènements se précipitent, c’est le stress, je fais tout au dernier moment, n’importe comment et ensuite, je m’en veux !

Enfin, avec le temps, je m’améliore un peu. Par exemple, depuis deux ans, j’utilise des pneus adaptés pour l’hiver. Non pas que j’habite dans une région montagneuse, mais le moindre flocon de neige sur les routes en région parisienne provoque de telles pagailles que c’est une habitude que j’ai prise depuis que j’ai changé de voiture. Sur ce coup, j’ai tellement anticipé que ça fait deux ans qu’il n’y a pas eu de neige !

J’ai rendez-vous demain pour le montage des pneus hiver sur ma voiture. Si ce n’est pas un signe d’anticipation, ça !

C’est ma réponse au Daily prompt WordPress : Anticipation.

NaBloPomo 2016

Publié dans Divers | Tagué , | 1 commentaire

Mustang

mustang_rMustang, film réalisé par Deniz Gamze Ergüven et sorti en 2015.

C’est le premier film que j’ai vu dans le cadre du festival du film d’aujourd’hui qui se déroule cette semaine à Rueil-Malmaison.

Cinq sœurs vivent avec leur grand-mère dans la maison de leur oncle dans un petit village au bord de la mer Noire, en Turquie. C’est la fin de l’année scolaire et, sur le chemin du retour à la maison, elles s’amusent avec des garçons de leurs écoles, en toute innocence – du moins pour notre sensibilité européenne. À leur arrivée à la maison, elles sont très violemment accueillies par la grand-mère, qui a été prévenue de leur comportement scandaleux par une voisine. Interdiction de sortie pour toutes, après un passage à l’hôpital pour l’établissement de certificats de virginité. Soulagement de la grand-mère et de l’oncle. Les jeunes filles sont toutes intactes, ce qui préserve leurs chances de mariage. Commence alors un été d’oisiveté en vase clos pour les cinq filles, ponctué malgré tout par quelques escapades pour les plus téméraires. Mais très vite, l’étau se resserre et la famille commence à organiser le mariage des ainées.

Ce premier film de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven aborde de façon très réussie le thème de la condition féminine dans la Turquie d’aujourd’hui, en particulier à la campagne.

La vie des cinq filles change d’un jour à l’autre suite à leur comportement qui vient heurter le traditionalisme des membres de leur famille et du voisinnage. Plus question d’aller à l’école : toutes les femmes de la famille se mobilisent pour apprendre aux cinq sœurs à faire la cuisine et à devenir de bonnes ménagères. Commence alors une reprise en main pour brimer tout élan de modernité et de liberté et assurer au plus vite le seul avenir possible, c’est-à-dire les marier au plus vite.
Les cinq actrices sont formidables et en particulier la plus jeune, encore une enfant, qui observe d’abord ce qui se passe pour ses ainées, mais qui se révèle très volontaire et courageuse pour échapper au sort qui lui est imposé.

C’est un film très fort, qui présente une vision terrible de la condition des femmes, telle qu’elle peut exister dans des régions rétrogrades soumises à des coutumes patriarcales. Néanmoins, la cinéaste a choisi une issue optimiste, il s’en dégage un élan d’émancipation et de liberté qui nous fait d’autant plus apprécier la chance que nous avons de vivre dans une société moderne, et qui prouve encore une fois combien il est nécessaire d’être attentif à toutes les tentatives de retour en arrière.

Le film a été très bien accueilli par les spectateurs, beaucoup de lycéens et de collégiens venus accompagnés de leurs professeurs. Un débat animé par Didier Billion, docteur en sciences politiques et spécialiste de la Turquie et du Moyen-Orient a fait suite au film et a permis de répondre aux questions de la salle et de replacer les thèmes évoqués dans la réalité : Ne pas généraliser la situation décrite à l’ensemble de la Turquie, même si l’évolution de la condition féminine dans le pays est une source d’inquiétude. M. Billion a également insisté sur le fait qu’il ne fallait pas accuser les excès d’une religion en particulier car ce sont plutôt des coutumes ancestrales qui sont à mettre en cause plutôt que l’application de principes religieux.

J’ai passé une après-midi cinéma passionnante et instructive et je vous recommande ce film, si vous n’avez pas encore eu l’occasion de le voir.

Source photo : AlloCiné

NaBloPomo 2016

Publié dans Divers, NaBloPoMo16 | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Festival du film d’aujourd’hui

Du 21 au 28 novembre, ma ville accueille le Festival du film d’aujourd’hui. A cette occasion, une trentaine de films sera projetée dans les salles de cinéma de la ville : 20 films qui ont été primés en 2015, 6 films en avant-première et des courts-métrages francophones.

afficheffa

C’est la première édition de ce festival, qui permettra au spectateurs de participer à des débats à la suite des projections et de rencontrer les équipes des films en avant-première.

Quelques exemples parmi les films déjà primés : La loi du marché de Stéphane Brizé, Mustang de Deniz Gamze Ergüven, Dheepan de Jacques Audiard, La tête haute d’Emmanuelle Bercot

Le programme complet peut-être téléchargé ici.

NaBloPomo 2016

Publié dans Cinéma, NaBloPoMo16 | Tagué , , , | 2 commentaires