Des mensonges…

Je me demande ce que nous avons pu rater dans l’éducation de nos enfants pour en arriver là !

Pinocchio.jpg

Tous les trois nous ont menti et continuent à mentir, pour des bricoles ou pour des choses graves. Même la benjamine s’y met, sans vergogne, alors que les preuves de son mensonge s’étalent devant elle.

Est-ce une façon de s’affirmer ou un signe de manque de confiance en soi ? Sommes-nous trop inquisiteurs dans notre envie de comprendre ?

Je suis toujours étonnée par la facilité de nos enfants, puis de nos ados, à s’embourber dans le mensonge, à en rajouter face à nos questions. Une fois entrainé dans ce chemin, c’est vrai qu’il est bien difficile d’avouer qu’on a menti. Alors, ils inventent des péripéties plus improbables les unes que les autres, qui nous laissent incrédules. Mais toute interrogation supplémentaire pour essayer de clarifier la situation ne fait que susciter de nouvelles élucubrations.

Et puis un jour, la vérité éclate, par hasard ou bien parce qu’ils sont dans une impasse et qu’il n’y a plus d’issue. A chaque fois, nous, les parents, pensons que la leçon aura été comprise. Mais non, à la prochaine occasion, ça recommence.

Un exemple typique, même s’il porte sur un sujet sans gravité, ce sont les résultats scolaires. Au long du trimestre, on ne voit que les bonnes notes, on calcule une moyenne. Lorsqu’arrive le bulletin, bizarrement, la moyenne est bien plus basse. Et en fouillant dans le sac, on retrouve parfois les copies cachées responsables de la chute. On s’inquiète des lacunes, on explique qu’il aurait été plus utile de signaler les difficultés en temps utile, ce qui aurait permis de redresser la barre au bon moment. Mais il n’y a rien à faire, ça ne rentre pas dans le crâne de l’affabulateur. Finalement, c’est notre propre échec, de ne pas arriver à leur faire comprendre qu’on les aime tels qu’ils sont et qu’on n’attend pas un premier de la classe !

J’en arrive à ne plus poser aucune question, par crainte de donner prise à de nouvelles inventions, au risque de passer pour indifférente ! Quand la confiance est ébranlée, la relation parent-enfant est fragilisée. Et tout le monde en pâtit.

Ça vaudrait peut-être une visite chez le psy ?

Source photo : Pinocchio par André Fromont – licence CC BY-NC-SA 2.0

Advertisements

A propos Nanou

J'aime la lecture, la nature, les grands espaces. J'aime marcher sur les dunes, face à l'océan, regarder vers le large. Mon avatar est extrait d'un tableau de Setch, Plus de bruit.
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Quelque chose à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s