Adieu Monsieur Haffmann

Adieu Monsieur Haffmann une pièce de Jean-Philippe Daguerre

Soirée théâtre le week-end dernier pour découvrir un spectacle qui a été largement récompensé par les Molières 2018.

Adieu Monsieur Haffmann est une pièce écrite et réalisée par Jean-Philippe Daguerre, sur un sujet grave traité avec rythme, humour et légèreté.

Paris, 1942. M. Haffmann, un bijoutier juif, propose à Pierre, son employé, de lui confier sa boutique, tout en continuant à y vivre caché. Après en avoir discuté avec sa femme Isabelle, Pierre accepte, en y mettant néanmoins une condition plutôt saugrenue, les aider à concevoir un enfant. M. Haffmann accepte et la cohabitation entre ces trois personnes se met alors en place dans le logement attenant à la boutique.

J’ai aimé la mise en scène de cette pièce, la succession de saynètes qui s’enchaînent rapidement sans effets appuyés, le décor minimaliste et la façon très astucieuse dont il est utilisé. La sobriété des costumes s’accordent à l’époque. La lumière et la musique participent pleinement aux ellipses de l’histoire.

Une belle réussite à voir jusqu’au 31 mars 2019 au théâtre Rive Gauche, 6 rue de la Gaîté à Paris (14ème).

Source photo d’en-tête licence CC0

A propos Nanou

J'aime la lecture, la nature, les grands espaces. J'aime marcher sur les dunes, face à l'océan, regarder vers le large. Mon avatar est extrait d'un tableau de Setch, Plus de bruit.
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Quelque chose à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.